Le festival Dernier Cri

Le festival Dernier Cri avait lieu à Montpellier du 10 au 15 novembre dernier. Ce festival de musique électronique a fait bouger une ville endormie en ce mois de novembre, pour la joie des fêtards et amoureux de la musique.  On a suivi quelques soirées du festival qui se déroulaient dans des endroits incontournables de Montpellier: Le Rockstore, la Panacée, l’Antirouille…
On revient donc ensemble sur les temps forts de ce festival qui a selon nous un bel avenir devant lui.

12042992_1186510938042150_5920593704699378540_n

Mardi soir, l’Opening avait lieu au Willie Carter Shape, l’occasion de découvrir un bar insolite au centre de Montpellier. Ce bar à cocktails accueillait Miss Moon, djette d’origine Nimoîse qui nous a ambiancé sur de la deep avant de continuer direction le Rockstore pour la soirée en partenariat avec la team My Life Is A Weekend. Au Rockstore, c’est Low Jack, Mind Against et Boozig qui nous ont fait taper du pied jusqu’au bout de la nuit. Mention spéciale à Mind Against, deux djs sous le label Life & Death (la team de Recondite et Tale Of Us qu’on ne présente plus) qui a envoyé du très, très lourd!

12227117_1215580621801848_5262642271782448822_n
Mind Against au Rockstore le mardi soir

Mercredi soir et jeudi soir, nous avons pu enrichir notre culture techno. Mercredi soir avec la projection au Diagonal de deux films expérimentaux réalisés par Jacqueline Caux  et Jeff Mills, dj américain de Detroit. La documentariste était présente, et la salle du Diagonal était pleine. Jeudi soir, direction La Panacée avec une entrée libre. Le journaliste Olivier Pernot animait la conférence: « French Touch, l’exception culturelle française ? », qui était suivie d’une discussion « Montpellier, capitale des musiques électroniques ? ».

Vendredi, Dernier Cri faisait honneur à la scène marseillaise avec une soirée accordée au label La Dame Noir, au bar le Zoo puis qui s’est terminé au PZ City Club. Samedi, et malgré les tristes évènements de vendredi 13, la soirée a été maintenue au grand bonheur des technophiles! C’est à l’Antirouille que la fête a battu son plein, avec la techno acide du japonais Ken Ishii du label 70 Drums qui a fait bouger la salle Montpellieraine. Luca Ruiz, co organisateur de l’évènement jouait aussi ce soir là. L’after de la soirée avait lieu au Montpe’l à 6h du matin, où Andreas Tome (Infiné/Fondation/Paris) jouait ainsi que Peck (organisateur du festival lui aussi) pour terminer en beauté cette semaine spéciale pour amoureux de la musique électronique.

11226913_1217483504944893_873395248525892069_n
Ken Ishii et Luca Ruiz à l’Antirouille le samedi soir

Ce qu’on a vraiment aimé :
LA MUSIQUE! , Le format plusieurs soirées/plusieurs lieux, le prix des entrées réduit malgré le fait que le festival n’ait reçu aucune subvention, les organisateurs: Pascal Maurin aka Peck, Luca Ruiz, Edith Rolland.

Bref, on tire notre chapeau et on attend la prochaine édition!

Mtp Loves Dernier Cri 😉

 

Crédits photos: Dernier Cri

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s